APRÈS UNE LONGUE JOURNÉE DE TRAVAIL, des brouettiers, portefaix ou laveurs d’autos tentent de se donner un divertissement payant, pour augmenter la mise. La nuit, dans les quartiers populaires, les jeux de hasard font fortune à Port-au-Prince.

Cela peut être addictif pour certains qui, tous les soirs, se retrouvent autour de la ronde des amis surtout au Portail Léogâne où les tables se remplissent de curieux. Des dizaines de jeunes déshérités tentent leur chance surtout avec le bingo, populaire à souhait, un jeu de hasard pur, qui ne fait appel à aucune compétence : il suffit de jouer et de gagner… ou perdre. Avec peu de gourdes en main, le joueur achète une ou plusieurs grilles exposant divers numéros compris entre 1 et 90. La roue tourne et les numéros sont tirés au sort. Dès que les bons chiffres clignotent ou apparaissent sur les lignes, le joueur est déclaré gagnant. Que le Bingo compte 75 boules, 24 cases avec des chiffres de 1 à 75 ou 90 boules sur 27 cases reparties en 3 lignes de 9, il faut bien choisir les rangées gagnantes ! D’autres sont deux à s’affronter à la bille au jeu, à la roulette, au rebond… Cela augmente le plaisir et fait oublier toutes les infortunes.

Adyjeangardy