24 heures avec un professeur : enseigner avec son cœur

140
LE PROFESSEUR Grégory Méda évalue quotidiennement les travaux de ses élèves. Photographies par Timothé H. Jackson / Challenges

Se consacrer entièrement à l’enseignement dans un pays comme Haïti participe d’un sacrifice énorme. Certains le font malgré eux, d’autres par vocation. C’est le cas de Grégory Méda qui, par amour de la jeunesse, met tout son cœur au service de l’École Nouvelle Zoranje.

La journée de travail du professeur Grégory Méda démarre au premier coq chantant, à 5 heures du matin. Le temps de se doucher, de s’habiller, de prier, de se mettre quelque chose sous la dent, de revisiter son programme…une soixantaine de minutes s’écoulent. Il lui faut ensuite parcourir environ trois kilomètres pour atteindre l’École Nouvelle Zoranje, implantée dans le village La Renaissance après le séisme de janvier 2010. Les difficultés pour trouver un tap-tap, la poussière soulevée par les véhicules, les crevasses et la boue après une nuit de pluie n’entament en rien son dévouement. C’est toujours le sourire aux lèvres que ce professeur d’une trentaine d’années franchit la barrière de l’école, 30 minutes après 7 heures. Sur la cour de l’établissement scolaire administré par la fondation Progrès et Développement (PRODEV), les élèves de la 6e année fondamentale se multiplient. Grégory Méda est salué par ses petits protégés alors qu’ils se mettent en rang pour le lever du drapeau. La discipline est de toute rigueur, et les enfants ne se font pas prier pour rentrer dans leur salle de classe, ce qui facilite la tâche au tuteur qui vérifie l’effectif. En ce début de semaine, 13 filles et 6 garçons sont présents. Les conditions sont réunies pour entamer les travaux du jour.

La participation active est la méthode privilégiée qui permet d’évaluer le niveau de progrès de chacun. « Tous les élèves n’ont pas le même coefficient intellectuel. Certains assimilent rapidement les notions développées, alors que d’autres y arrivent difficilement. Je suis bien obligé de donner beaucoup plus d’attention à ceux qui ont des difficultés d’apprentissage… », concède Monsieur Méda qui se réjouit du taux de réussite aux examens de fin d’études primaires avoisinant les 98%. Grégory Méda partage ce crédit avec la direction de l’École Nouvelle Zoranje qui, dit-il, a su définir des stratégies d’apprentissage efficaces en droite ligne avec le programme de l’éducation nationale. Le professeur souligne avec conviction que « Tout est bien planifié, nous prenons à cœur la formation de ces jeunes qui représentent l’avenir du pays », comme pour renouveler son engagement de tout faire pour leur avancement.

La plus grande des richesses
Père d’une adolescente, il sait pertinemment qu’une éducation équilibrée  est la plus grande richesse qu’on peut léguer à ses enfants pour qu’ils puissent faire face aux nouvelles situations, avant d’ajouter : «On ne fait pas de bourrage de crâne à l’École Nouvelle Zoranje. Les élèves passent la majeure partie de leur temps en classe à assimiler les leçons, à faire des exercices pratiques, et ils partent toujours avec des devoirs de maison ».

À l’instar des autres professeurs de l’école, Grégory Méda veille à ce que, au terme de chaque journée de classe, les élèves assimilent de nouvelles connaissances en mathématiques, en français, en sciences expérimentales…L’effort qu’il déploie dans l’intérêt de ces jeunes est considérable. Il tente sans cesse d’améliorer ses performances en appliquant la formule: « succès=travail+ discipline +rigueur ».

L’École Nouvelle Zoranje est une contribution à la communauté où l’on dispense gratuitement une éducation de qualité à des centaines de jeunes défavorisés. Grégory Méda s’implique à fond pour la réussite de ce projet, en reléguant au second plan la question salariale. Il reste convaincu que l’État haïtien devrait accorder beaucoup plus d’importance à des initiatives du genre et contribuer à l’amélioration des conditions de vie des professeurs à travers le pays.

En attendant, Grégory Méda  s’accroche à son quotidien qui consiste à se lever tôt, se consacrer à l’éducation des jeunes et plus généralement à affronter les difficultés de la vie.

cha-prof-ecolenouvellezoranje-thjac16450-ret-smCossy Roosevelt