20 Questions à Rutshelle Guillaume

1679
Danik Foto

La belle Rutshelle, reconnue pour ses frasques amoureuses, intrigue et ne laisse personne indifférent. Son sourire taquin, sa gestuelle langoureuse, son regard perçant, rien n’est laissé au hasard quand la chanteuse monte sur scène. Celle qui entretient un rapport particulier avec ses fans ne cache pas son besoin d’être en communion avec son public. Avec sa voix unique, elle partira bientôt à la conquête de nouveaux publics aux États-Unis et en France. En attendant, Challenges la reçoit en toute confidence et non on ne parlera pas de sa nouvelle liaison amoureuse, il y a tellement plus à découvrir !

Un objet dont vous ne pouvez vous départir ?
Mon téléphone. Impossible de m’en départir. C’est presque une extension de mon corps.

Le pays qui vous a le plus marquée ?
Le Canada, Montréal plus précisément. J’y suis allée pour participer au Festival international des femmes du monde. J’ai été éblouie par l’accueil des Québécois et leur gentillesse. Cela a été une expérience mémorable. Je suis rentrée en Haïti avec le Prix Découvertes du festival et des souvenirs impérissables.

Votre chanson fétiche (le passage qui vous touche le plus) ?
I will always love you de Whitney Houston. Je ne cache pas mon côté sensible et d’éternelle romantique. Cette chanson résume ce que doit être l’Amour (avec un grand A). C’est tout simplement plus fort que tout. Peu importe, quand on aime, quand on aime vraiment… c’est pour la vie.

Le livre qui vous a le plus marquée ?
Ma muse est un homme d’Ange Bellie Andou. Une histoire complexe d’amour où adultère, infidélité et homosexualité s’entremêlent. Des sujets qu’on n’ose pas aborder dans notre société de façon ouverte.

Un film à voir absolument ?
Le droit de tuer mettant en vedette Samuel L. Jackson. Le film raconte l’histoire d’un homme dont la fille se fait violer par des hommes blancs dans une Amérique où les tensions raciales sont à leur apogée. L’homme décidera de se faire justice en tuant les auteurs du crime sur sa fille. Le film met en lumière les tensions basées sur la race et les préjugés qui perdurent encore dans nos sociétés et qui doivent disparaître.

Une rencontre qui vous a marquée ?
Elle est récente et c’est celle avec Stéphane Vincent, un spécialiste médias sociaux et gestion de marque sur la toile. Plusieurs sont au courant de la crise que j’ai dû traverser l’an dernier. Stéphane Vincent, un illustre inconnu, m’a permis de traverser cette crise sur les médias sociaux et je peux dire que j’en suis sortie indemne. On ne réalise pas la puissance des médias sociaux et l’importance de savoir gérer sa marque. J’ai beaucoup appris à travers lui.

Votre mot favori ?
Ça va oui !

La chanson que vous n’avez pas écrite et que vous auriez aimé écrire ?
Aba blabla de J. Perry. Il y a beaucoup de cela chez nous. Il faudrait que ça cesse.

Un événement que vous n’oublierez jamais ?
Il y en a tellement ! Mais en tant qu’artiste, je dirais que tous les moments que je partage avec mon public son inoubliables. Les gens n’ont pas idée de comment ils sont précieux et comment leur support sur scène me permet d’être complètement libre et moi-même !

Chanter est pour vous un moyen de… ?
Faire passer des messages importants. Une façon d’extérioriser et de me libérer de mes angoisses, mes peurs, mes peines, mes joies…

Votre routine matinale ?
Assez simple. Le matin, ma fille est au centre de tout et ensuite le boulot ! Ce n’est pas toujours aussi glamour que les gens pensent, mais c’est ma vie.

Ce que vous rêviez d’être quand vous étiez enfant ?
Médecin. C’est davantage ce que mon père voulait et j’ai fait semblant d’y croire aussi pendant un temps.

Votre vision de la mort ?
La mort pour moi est loin d’être une fin en soi. C’est un passage obligé vers autre part. Je crois qu’il y a autre chose qui nous attend après notre passage sur Terre.

La plus belle déclaration d’amour qu’on vous ait faite ou que vous avez faite ?
Je te veux pour la vie !

Ce qui vous met hors de vous ? L’hypocrisie. J’en ai horreur. Il n’y a rien de pire pour me mettre hors de moi que des gens qui sont malhonnêtes.

Une rencontre improbable que vous souhaitez au plus profond de vous ?
Samuel L. Jackson. C’est un acteur exceptionnel et j’ai plusieurs confidences à lui faire (rires).

Ce qui vous fait sourire ?
Ma fille. Elle est attachante, affectueuse. Un cadeau.

Ce qui vous fait pleurer ?
Beaucoup de choses. Mais disons que je suis très près de mes émotions donc tout peut me faire pleurer. Je pleure de joie, parfois je pleure pour rien et je pleure souvent, pour être franche. De côtoyer la détresse humaine et les inégalités sociales de façon si proche est aussi pour moi source de beaucoup de peine.

Ce que vous aimeriez qu’on retienne de vous ?
J’aimerais qu’on se souvienne de moi comme une femme forte, courageuse et qu’on retienne mon énergie positive. Nous avons besoin de modèles féminins dans notre société.

Ce dont le monde a le plus besoin à l’heure actuelle ?
La paix, l’amour… Si simple et pourtant…

Propos recueillis par Carla Beauvais